14 févr. 2022

Le libre-arbitre de qui ?

 


Avoir l’impression de faire des choix, de décider. Avoir l’impression d’être celle ou celui qui choisit un travail, un lieu de vie, une compagne, un compagnon. Avoir l’impression que la vie a besoin de mon intervention pour suivre une certaine trajectoire. Et avoir l’impression d’exister à travers ces pouvoirs-là.            

Mais qu’en est-il réellement ?

La question qui se pose n’est pas tant de savoir s’il y a un libre arbitre ou pas. La plus essentielle des questions, celle qui active la plus précieuse des investigations, se situe en amont : y a-t-il quelqu’un ? Y a-t-il un agissant-auteur de quoi que ce soit ? Avoir ou ne pas avoir de libre arbitre suggère la présence de quelqu’un qui possèderait – ou  pas – cette capacité-là. 

Est-ce la réalité ?

C’est l’impression de pouvoir choisir et décider qui rend crédible l’existence d’un auteur qui est appelé moi. De même, c’est l’identification à cette forme-là -le corps- associée à l’histoire-moi qui génère cette impression de libre-arbitre.                     

Une impression n’est pas la réalité !

L’identification au corps et à son histoire ET la notion de libre-arbitre sont intimement liées. On ne peut les dissocier. C’est parce qu’il y a la croyance en un individu qu’il y a la croyance en un libre arbitre. C’est parce qu’il y a la croyance que je suis ce que je parais être que se pose la question d’une prise quelconque de décisions dont je serais l’auteur. Et cette illusion est bien plus grande et bien plus tenace que celle du choix ou du non-choix.

Est-ce qu’une décision relève de la volonté de qui que ce soit ? Ou bien, le moment venu, la décision ne s’impose-t-elle pas, tout simplement ? Est-ce qu’un choix qui voit le jour est réellement le fruit d’un processus intellectuel lié à quelqu’un ou bien le choix finit-il par s’imposer ?

Il en est de même pour la volonté. La volonté est là…ou pas. Le désir est là…ou pas. L’aspiration à l’éveil est là en certains et pas en d’autres. Qui décide de cela ? L’envie, l’inspiration, le tempérament,  les attirances relèvent-ils de la décision de qui que ce soit ? N’y a-t-il pas tout simplement surgissement d’une envie, d’un élan, spontanément, naturellement, sans l’intervention de qui que ce soit ?

Ainsi il s’agit de regarder attentivement l’instant du choix, pas celui où se situent toutes les tergiversations mentales, dans cet avant qui n’est fait que de pensées qui semblent proposer moult possibilités dont aucune n’est réelle. Dans la réalité de l’instant, une seule de ces possibilités imaginaires s’actualise et s’incarne.            Une conclusion s’en suit : « j’ai choisi » !   Ainsi nait l’illusoire « je ».

Lorsque tombe l’illusion, Ce-que-JE-est se réveille du rêve d’être quelqu’un. 

L’Impensable devient Réalité 


 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.